Situation hydrologique au 9 avril 2020 : des cumuls de précipitations supérieurs à 50 mm sur une grande partie du pays, mais des zones en déficit

23/04/2020

Début mars, des passages pluvieux fréquents durant les 15 premiers jours du mois ont fait place à des conditions plus anticycloniques et mars s’est terminé par un refroidissement, accompagné de chutes de neige.

De façon générale, les cumuls de précipitations en mars ont été supérieurs à 50 mm sur une grande partie du pays. Cependant, les sols superficiels qui étaient saturés ou proches de la saturation sur la majeure partie du pays fin février se sont asséchés au cours du mois suite aux conditions anticycloniques qui ont dominé le pays pendant la seconde quinzaine et aux températures maximales souvent supérieures aux normales.

Concernant les eaux souterraines, la situation est globalement satisfaisante : les pluies, abondantes d’octobre 2019 à mars 2020, ont permis une très bonne recharge hivernale des nappes.

Quant au niveau des cours d’eau, leur situation est contrastée sur le territoire. Inférieurs aux normales le long du couloir rhodanien et sur l’amont du bassin de la Loire, les débits des cours d’eau présentent des niveaux moyens élevés en raison des crues du début du mois de mars sur le bassin Artois-Picardie et le Nord de la Nouvelle Aquitaine.

Au sujet des taux de remplissage des barrages et réservoirs, la situation a peu évolué sur l’ensemble du pays et ils demeurent satisfaisants, avec des taux élevés dans le quart nord-est et les Pyrénées (à l’exception des Pyrénées-Orientales).

Au 9 avril, 2 départements ont mis en œuvre des mesures de restrictions des usages de l’eau.

 

 

Le bulletin national de situation hydrologique (BSH) est constitué d’un ensemble de cartes et de leurs commentaires qui présentent l’évolution mensuelle des ressources en eau. Chaque mois, il décrit la situation quantitative des milieux aquatiques (pluies efficaces, débits des cours d’eau, niveau des nappes d’eau souterraine, état de remplissage des barrages-réservoirs) et fournit une information synthétique sur les arrêtés préfectoraux pris pour limiter les usages de l’eau durant la période d’étiage.

Le BSH est réalisé sous l’égide d'un comité de rédaction composé des différents contributeurs du BSH* (producteurs et gestionnaires de données), animé par l'Office International de l’Eau (OIEau), en lien avec la direction de l’eau et de la biodiversité du ministère de la transition écologique et solidaire, et avec le soutien financier de l'Office français de la biodiversité (OFB).

*: Office français de la biodiversité (OFB), Association pour la protection de la nappe phréatique de la plaine d’Alsace (Aprona), BRGM, Electricité de France (EDF), EPTB Seine Grands Lacs, Météo-France, Ministère de la Transition écologique et solidaire (Direction de l'eau et de la biodiversité), Voies navigables de France (VNF).